> Un patrimoine notable

L'Eglise de Ménesqueville

Promeneurs, vous ne pouvez passer par là sans franchir le seuil de
ce monument. Cette Eglise rustique datée du XIIe siècle, est dédiée à la Très Sainte Vierge Marie et à Saint-Aubin, évêque d’Angers.

Le clocher, long comme un fuseau, d’abord refait en 1935 après avoir été frappé par la foudre, subit dans la nuit du mardi 28 février 1961, la violence d’un terrible ouragan et fut décapité. Celui-ci fut
reconstruit moins haut, surmonté cette fois-ci d’un coq doré.

Poussez la porte de l’église. Sous la lumière bleue de l’arceau, vous subirez l’envoûtement. Dans cette pénombre mêlée de clartés rose, violettes et dorées, vous devinez dans leur appareillage primitif et apparent, les murs de tuf, de silex et de pierres datant du XIIe siècle et là-haut, la carène renversée de la charpente aux poutres du XVe siècle.

Au XVIIIe siècle, les murs avaient été enduits d’une épaisse couche de plâtre. La voûte avait été également plâtrée sur lattis. Des travaux de rénovation ont été entrepris sous l’impulsion du dynamique curé de Rosay-sur-Lieure, l’abbé Bretocq. Après des travaux de réparations, l’Eglise a été entretenue en bon état de conservation grâce à l’esprit artistique qui a animé les différentes municipalités.

Les vitraux modernes de François Décorchemont ,sculpteur-verrier ont d’abord été modelés par fragments dans la terre glaise – puis moulés dans le plâtre – Pâte de cristal colorée dans la masse.